• Home
  • Football
  • TOP 3 des victoires mémorables du RC LENS en Ligue des champions
Football

TOP 3 des victoires mémorables du RC LENS en Ligue des champions

C’est fait ! Le RC LENS est en Ligue 1 ! Le Club nordiste va retrouver l’élite après 5 années de lutte acharnée.

Le RC LENS et ses fidèles supporters se félicitent enfin de cette montée synonyme de match encore plus engagés. Le RC LENS, connu pour son public Sang et Or, compte bien aller égratigner les cadors du championnat de France de Ligue 1, et pourquoi pas, retrouver la Ligue des champions…

Profitons-en pour revivre quelques-unes des plus belles victoires du RC Lens en Ligue des champions.

Sommaire :

ARSENAL – RC LENS
RC LENS – DEPORTIVO LA COROGNE
RC LENS – MILAN AC

Nous avons décidé de mettre en lumière, les 3 plus belles victoires du RC LENS.

Les plus belles victoires du RC LENS en LDC :

La Ligue des champions et le RC LENS, c’est une histoire de je t’aime moi non plus. Forcément, le RC LENS ne compte que peu de participation en Ligue des champions, mais le club s’est suffisamment distingué pour nous offrir des matchs dont on se souvient encore, des matchs, que seule la Ligue des champions peut produire.

#3 ARSENAL – RC LENS : LDC 1998-1999

Première participation à la Ligue des Champion pour le RC LENS, le club français se retrouve face à des cadors de la scène footballistique internationale.
Faisant partie du Groupe E, le RC LENS doit affronter le Panathinaïkos, le Dynamo Kiev de Shevchenko, et Arsenal.

Après un bon début de LDC, le RC LENS arrive à engranger 5 points sur les 9 possibles, les Sang et Or trébuchent face au Panathinaïkos laissant échapper au passage de précieux points…

Finalement, le RC LENS se retrouve le 25 novembre 1998 dans l’obligation de faire un résultat favorable face à Arsenal à Wembley. Le stade est bondé, en effet, 65 707 supporters Londonien ont fait le déplacement, mais les supporters Lensois ne sont pas en reste, et malgré le déplacement, 8000 ont tenus à être présent pour ce match déterminant.

Le Dynamo Kiev ira jusqu’en demi-final, avant de s’incliner face au Bayern Munich.

Le match oppose donc un Arsenal amputé d’Emmanuel Petit (suspendu), de Patrick Vieira (blessé), et de Denis Bergkamp (blessé), à un RC LENS gonflé à bloc.

Le début de match est plutôt étonnant, et malgré un Arsenal favori, les Sang et Or bougent leur adversaire l’obligeant à se découvrir.
Le RC LENS se montre conquérant, et prend peu à peu la maîtrise du milieu de terrain obligeant ainsi les hommes d’Arsène Wenger à se tasser devant leur but. Plutôt déstabilisé, Arsenal commence à jouer en contre, mais manque de cruellement de précision sur les relances, permettant aux Lensois de respirer.
Malgré cette entame de match, la première action nette du match nous vient de Christopher Wreh. Après un joli centre venant du côté droit de Ray Parlour, Christopher Wreh n’arrive pas à trouver l’inspiration et manque complètement le cadre. Cette première alerte va permettre aux Lensois de colmater la brèche.

Nous aurons encore le droit à une occasion créé par Overmars, mais ce dernier, n’arrivant pas à trouver Nicolas Anelka, toujours très bien marqué par Frédéric Déhu ou Eric Sikora, préfère tenter sa chance seul et permettant donc à Guillaume Warmuz de s’illustrer.

Bien que le match ne soit pas le plus spectaculaire du RC LENS, c’est l’un des plus combatifs qu’il a dû mener au sein de ce groupe de Ligue des champions.
Les joueurs se sont engagés auprès de leur entraîneur à faire un résultat, Daniel Leclercq prend donc son mal en patience et fait confiance à ses joueurs.

Frédéric Déhu aux prises avec Nicolas Anelka ARSENAL LENS
Frédéric Déhu aux prises avec Nicolas Anelka

Deuxième mi-temps, l’arbitre du match, Anders Frisk relance le combat. À la pause, le capitaine d’Arsenal, Tony Adams, a dû céder sa place à cause d’une douleur au dos. Steve Bould, ayant pris sa place, se retrouve face à Vladimír Šmicer. Ce dernier remportera la majorité de ses duels, permettant au RC LENS de maîtriser encore un peu plus le cours du match.

Le RC LENS décide de profiter de sa situation, et de sa domination, pour apporter un peu de vitesse à son attaque. Pascal Nouma est remplacé à la 59éme minute par Wagneau Eloi.

Vladimir Smicer se débarrasse de son vis à vis, ARSENAL LENS
Vladimir Smicer se débarrasse une fois de plus de son vis à vis : Gros Match !

La mi-temps n’a pas fait de bien à Arsenal, et Arsène Wenger préfère casser le rythme du match en procédant à 2 changements en même temps. À la 67 éme minute, Rémi Garde et  Christopher Wreh cèdent leur place respectivement à Nelson Vivas et le jeune joueur Portugais Luis Boa Morte. Espérant apporter plus de créativité à son équipe, Arsenal vient en réalité d’ajouter un peu plus de déchet technique à son jeu.

En face, Daniel Leclercq a été clairvoyant et la vitesse apportée en attaque permet au RC LENS de multiplier les incursions en zone anglaise. Malheureusement, les derniers gestes sont difficiles et ne donnent rien.

72e minute de jeu, le RC LENS attaque une fois de plus à l’aide de sa vitesse sur le côté avec Wagneau Eloi, ce dernier trouve Vladimír Šmicer sur la gauche qui décide de frapper fort vers le but, la frappe, beaucoup trop écrasée et imprécise, file devant le but de David Seaman, laissant le temps à Mickaël Debève de surgir et de couper la trajectoire du ballon.

Ouverture du score à Wembley ! Le RC LENS marque enfin son but et confirme officiellement sa domination !

Sonné, Arsenal commence à durcir le jeu, mais le RC LENS connaît bien la musique et dispose dans ses rangs des joueurs les plus rugueux de Division 1. Malgré une fin de match houleux, Cyril Rool, Yoann Lachor, Fred Déhu et Eric Sikora « tiennent la baraque », et ne laissent rien passer.

La fin de match approche, et sur les dernières secondes de jeu, Ray Parlour, excédé par ses échanges avec Cyril Rool, ira s’essuyer les crampons sur le joueur Lensois. L’arbitre exclu le joueur d’Arsenal, et pendant qu’il écrit son nom sur son carton rouge, Lee Dixon s’effondre à terre simulant une agression de Tony Vairelles. Anders Frisk expulsera Tony Vairelles, malgré les protestations du RC LENS, et le match se terminera sur ce score de 1 but à 0 pour les Lensois.

Ce match n’est pas le plus beau du RC LENS, mais on aura vu ce jour-là une équipe de guerrier, une équipe venu chercher un résultat face à une équipe pourtant donnée favorite.

Malheureusement, le RC LENS finira deuxième du groupe E, ce qui, dans l’ancienne formule de la LDC, signifiait que l’équipe ne se qualifiait pas pour les phases finales.

L’histoire retiendra quand même que le RC LENS est la seule équipe française à avoir battu Arsenal à Wembley !

#2 RC LENS – Deportivo La Corogne : LDC 2002-2003

Avec une saison compliquée en 2000/2001, et une décevante 14e place, le RC LENS finit la saison 2001/2002 sur une magnifique 2 éme place. En effet, les Sang et Or terminent seulement à 2 points du champion, l’Olympique Lyonnais, et est l’équipe qui a le moins connu la défaite de la saison, seulement 6 défaites en championnat.

Le RC LENS obtient donc une belle place qualificative pour la ligue des champions 2002/2003. Malheureusement, l’équipe est malmenée dans la compétition, et a du mal à jongler entre un championnat disputé, le retour en forme de l’Olympique de Marseille et de l’AS Monaco dans la lutte pour le titre, et une ligue des champions au rythme effréné.

En effet, le RC LENS hérite du groupe de la mort, et c’est peu dire, avec le Bayern Munich, le Deportivo la Corogne, et le grand Milan AC.
Dès les premières journées, le RC LENS laisse échapper de précieux points en ne parvenant qu’à grappiller un match nul. 1 point sur les 9 disponibles, un très mauvais début de compétition en somme.

Bien décidé à ne pas finir comme le FC NANTES l’an passé (dernier de son groupe avec 2 points au total), le RC LENS ne veut plus faire de figuration.

Ainsi, le 23 octobre 2002, Joël Muller et ses hommes font face au Deportivo La Corogne qui ont su remporter leur match aller contre le RC LENS (3-1).

Deportivo La Corogne 2002 LDC
Mené par Diego Tristán ou Roy Makaay, le Deportivo La Corogne était une équipe redoutable, notamment en Ligue des champions.

Dès le début du match, le ton est donné. Le Deportivo la Corogne semble intouchable, et ce sont les Espagnols qui dominent très nettement le jeu. Pas impressionné du tout par les Nordistes, La Corogne se montre très offensive n’hésitant pas à rester dans la moitié de terrain Lensoise.

La domination se concrétise une première fois avec une frappe lourde de Sergio, détournée in extremis par Guillaume Warmuz. Très à l’aise balle aux pieds, les Espagnols multiplient les débordements sur les ailes, et finalement, après un quart d’heure de fébrilité, la maison Lensoise encaissait l’ouverture du score.

Après un bel appel dans le dos de la défense, Roy Makaay se fait parfaitement servir et vient battre Guillaume Warmuz qui ne peut rien faire. 15e minute de jeu, et le néerlandais fait déjà parler la poudre, lui qui vient d’inscrire son cinquième but de la compétition !

Roy-Makaay-efface-le-gardien-lensois
Roy Makaay efface Warmuz et s’en va marquer le but espagnol ©AlamyPhotos

Le RC LENS ne se démotive pas pour autant, et bien que techniquement en dessous des Espagnols, ils n’hésitent pas à tenter leur chance, notamment à la 30e minute suite à débordement énergique de Cyril Rool et un centre compliqué repris de la tête par Coulibaly. Malgré sa tentative, Juanmi se déploie et concède le corner.

Suite à cette tentative, les Sang et Or parviennent enfin à déplacer le bloc et développent enfin le jeu qu’ils aiment à jouer, avec énormément de récupération, et une projection vers l’avant rapide. Malgré les efforts, la dernière action de la première mi-temps sera tout de même espagnole.

Dès l’entame de la second période, le RC LENS nous offre un nouveau visage. Un visage qu’ils conserveront pour le reste des matchs de la Ligue des champions.

61e minute, après un corner mal dégagé tiré par le RC LENS, Rigobert Song arrive à remettre derrière à son coéquipier Adama Coulibaly. Ce dernier tente la frappe, qui, après avoir été dévié deux fois, finit au fond des filets. Devant plus de 35 000 spectateurs, le RC LENS vient enfin d’égaliser après de valeureux efforts !

Après ce but, le match prend une tournure différente avec une nette domination des Sang et Or. Olivier Thomert et John Utaka multiplient les incursions en territoire galicien, obligeant Naybet et Mauro Silva à de plus en plus d’interventions approximatives.

À la 73e minute de jeu, Joël Muller décide de jouer son va-tout, et fait entrer Dagui Bakari et Charles-Edouard Coridon à la place de Papa Bouba Diop et d’Antoine Sibierski. Plus de doute possible, l’entraîneur Lensois sent que le Deportivo peut craquer à tout moment et prend la décision d’apporter plus de percussion à son équipe.

C’est seulement 6 minutes plus tard, que Daniel Moreira frappera l’un des coups francs les plus mémorables du RC LENS.
Sur un coup franc, provoqué par Dagui Bakari, Seydou Keita décale le ballon pour Daniel Moreira qui envoie une véritable mine au fond des filets, ne laissant aucune chance à Juanmi complètement battu. Le public Lensois est déchaîné, c’est le but du 2 à 1.

Le Deportivo prend l’eau et se laisse déborder. Les défenseurs sont méconnaissables, et enchaînent erreur sur erreur, permettant aux joueurs Lensois de tenter d’aggraver la marque.

C’est ce qui arrive à la 84e minute. Sur un centre de Cyril Rool (encore lui), et un dégagement totalement manqué de Donato, le ballon arrive dans les pieds d’Olivier Thomert qui contrôle. Fraîchement entré, il tente la frappe croisé, et bien que manquant de puissance, la frappe rebondit devant le gardien qui loupe son arrêt, le ballon entre dans le but, le match est plié, 3-1.

Le match se termine sur une belle victoire, avec des Lensois complètements métamorphosés. On peut noter l’excellent coaching payant de Joël Muller qui a su prendre les risques qu’il fallait pour relancer son équipe.

Finalement, le RC LENS jouera là son meilleur match de Ligue des champions. En tout cas, c’est ce qu’ils pensaient à ce moment-là… Mais 6 jours plus tard, le RC LENS reçoit le MILAN AC, grand favori de la compétition.

#1 RC LENS – MILAN AC : LDC 2002-2003

Le RC LENS s’est relancé dans cette Ligue des champions de la plus belle des manières. Au forceps, les Sang et Or sont allés chahuter une équipe du Deportivo La Corogne pourtant sûr de son coup. Finalement, cette victoire permet aux Lensois d’espérer encore une qualification pour la seconde phase de la ligue des champions, faisant désormais fi de la difficulté du groupe dans lequel elle se trouve.

Le 23 octobre 2002, elle accueille le Milan AC à domicile au Stade Félix Bollaert.

RC LENS-Ligue-des-champions-Team
RC LENS – MILAN AC (Photo by Jamie McDonald/Getty Images)

Depuis quelques temps, Joel Muller a décidé de reconstruire son équipe autour d’un 4-2-3-1 privilégiant ainsi la maîtrise du milieu de terrain. Plutôt efficace contre La Corogne, ce schéma tactique est un pari assez osé quand on sait que les Italiens sont les cadors en la matière.

En effet, la maîtrise du milieu de terrain reposant sur des défenseurs à la relance nette et précise, c’est une spécialité italienne. Le RC LENS va jouer à l’italienne ce soir, et c’est un vrai coup de Poker 100% français.

Quant au Milan AC, et malgré des absents de poids pour la rencontre (Nesta, Inzaghi, Rivaldo et Rui Costa), l’équipe va tout de même présenter une équipe solide face aux Français.
Abbiati, Helveg, Costacurta, Laursen, Maldini, Pirlo, Ambrosini, Serginho, Dalla Bona, Tommasson et Shevchenko vont se présenter à Warmuz, Rool, Coulibaly, Song, Jacek Bak, Diop, Keita, Coridon, Sibierski,Moreira et Utaka. Deux équipes aux qualités différentes, mais à l’envie identique et intact de jouer son meilleur football

Le coup sifflet est donné à Felix Bollaert. 39 474 spectateurs ont fait le déplacement pour voir cette opposition inédite, et dès les premières minutes, le RC LENS pousse déjà le Milan AC. Étonnement, ce n’est pas le MILAN AC qui prend les devants, mais bien les Lensois qui commencent à prendre les choses en main en tentant de maîtriser le milieu de terrain.

Charles-Edouard-Coridon-et-maldini-RC LENS-MILAN-AC
Charles-Édouard Coridon au contact avec Paolo Maldini

Malgré un début de match tonitruant, c’est bien le Milan AC qui profite de son expérience pour ouvrir le score. Un corner concédé par Jacek Bak permet à Pirlo de réaliser un centre parfait pour la tête de Tomasson, qui va seulement pouvoir prolonger le ballon au second poteau d’où surgit Shevchenko pour crucifier littéralement Warmuz. La tête puissante et à bout portant est imparable, et Shevchenko marque à nouveau contre le RC LENS après son but avec le Dynamo Kiev lors de la Ligue des champions 98/99.

31e minute de jeu et les Lensois sont déjà menés 1 à 0. Néanmoins, depuis quelque jours, Lens est métamorphosé. Les San et Or reprennent alors le match à leur compte, et pousse une fois de plus le Milan AC à défendre devant leur gardien.
Les consignes de Joël Muller sont simples, pour ce match, « il fait revenir à plus de simplicité », deux touches de balle, pas plus. Antoine Sibierski, nouveau pilier du système mis en place par entraîneur l’a bien compris, et n’hésite pas à envoyer ses ballons derrière la défense milanaise.

Néanmoins, c’est Jacek Bak qui va avoir permettre de débloquer le RC LENS. À la 40e minute, et après un bon travail de pressing de Cyril Rool, Bak va pouvoir envoyer un long ballon à John Utaka qui, après avoir effacé son vis-à-vis, délivre un centre incroyable dans la course de Daniel Moreira. Ce dernier fusille le portier milanais qui est obligé de s’incliner devant cette violence. Égalisation du RC LENS !
Juste avant la mi-temps, les Lensois respirent, et les efforts sont récompensés d’un joli but.

Au retour des vestiaires, le match entre les deux équipes repart sur le même rythme. Nous avons d’un côté le Milan AC, regroupé et appliqué, d’un autre côté, nous avons le RC LENS, dynamique, et qui pratique un jeu rapide et débridé. Les deux formations s’affrontent dans un beau combat, et à la 49e minute, le match s’ouvre encore.

Antoine Sibierski efface Pirlo d’un magnifique geste technique, va dans le sens du jeu, passe dans un petit espace à John Utaka qui perd le ballon au profit de la défense milanaise…Mais cette dernière s’emmêle les pinceaux, le ballon est remis en retrait à Helveg, qui est immédiatement attaqué par Coridon et Utaka, c’est John Utaka qui aura le dernier mot, il récupère, regarde les cages adverses, voit qu’Abbiati fonce sur lui, et frappe immédiatement au but, et malgré un tacle désespéré de Costacurta, inscrit le second but Lensois de la rencontre.

Explosion du stade Bollaert, 2 buts à 1 pour le RC LENS !

Le match va continuer à se dérouler de la même façon. Le Milan AC va injecter plus de force dans la bataille, et malgré l’entrée de Seedorf, le score ne changera pas. Ce jour-là, le RC LENS était trop fort, et la fin du match va même s’avérer frustrante tant les occasions lensoises sont nombreuses.

Le match entre dans les mémoires collectives comme l’un des tous meilleurs matches du RC LENS, et il rejoint l’exploit du match d’ARSENAL dans le panthéon des plus beaux matches des Sang et Or.

De plus, le MILAN AC remportera la Ligue des champions, ce qui renforcera la fierté du RC LENS de les avoir battu à domicile.

RC LENS en Ligue 1 !

Finalement, le RC LENS sera passé par toutes les étapes de la mort avant de revenir au sein de l’élite. 5 années à travailler, 5 années à batailler, 5 étapes qui nous rappellent les étapes avant de mourir, le déni, la colère, le marchandage avec la mort, la dépression et l’acceptation…

Finalement, après l’acceptation, le RC LENS a pu dérouler un jeu solide, serein, enthousiaste, et après ce qui devait être la mort, obtient le salut et fini par l’obtention de son Graal.
Le ticket d’entrée pour la Ligue 1.

Il est déjà acquis que nous sommes impatients de voir le RC LENS affronter les autres équipes de l’élite, et pourquoi pas, tenter un pari sur cette nouvelle saison !

Articles que vous pourriez apprécier

Liga NOS : Championnat du Portugal, pourquoi parier sur le foot portugais ?

JetestevosJeux

BOAVISTA : L’année où ils ont surpris le monde du Football

JetestevosJeux

Que vaut le groupe C de la France pour la Coupe du Monde 2018 ?

JetestevosJeux

Leave a Comment

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. Accept En savoir plus